• Une minute pour une situation

    Nous avons tous en nous des projets en lesquelles nous croyons car nous y voyons des apports bénéfiques pour nos élèves. Toutefois, peu aboutissent tant l’ampleur du travail nous paraît impossible. Pourtant, nous le savons, il faut y croire ! Alors, au moins une fois, osons et tentons !

    « Une minute pour une situation » est un peu l’un de ces projets convoités que l’on aspire voir comme achevé. Pour l’instant, réalisé sur une séquence, il n'est en réalité qu’une ébauche, mais j’ai la ferme intention de l'améliorer et le rendre opérationnel sur un cycle complet. Toutefois n’oublions pas qu’il est né de la volonté d'apporter à l'élève uniquement ce dont il a besoin, quand il en a besoin et surtout de lui laisser le choix dans son parcours d'apprentissage.

     

    1 minute pour 1 situation : Basket-Ball from Julien Andriot on Vimeo.

     

    La séquence que je vais tenter d'expliquer s'est déroulée avec une classe de 4° lors de la troisième séance de Basket-Ball.

    Au cours de la séance précédente, j'ai donné aux élèves une grille d'observation leur permettant de s'identifier dans deux items : attaque ou défense. Dans chacun d’eux et après observation par leurs pairs, ils devaient être en mesure de se reconnaître à un niveau d'acquisition de la compétence souhaitée (sur une échelle de quatre degré).

    Lors de cette troisième séance, je leur laisse le choix du thème pour la situation d'apprentissage (attaque ou défense) mais aussi le choix de la difficulté (situation de niveau 1 et 2 ou de niveau 3 et 4). Il ne s'agit pas de réaliser un consensus collectif ! Dans mon idée chaque élève de la classe doit être en mesure de choisir LA situation lui correspondant !

    Je propose donc quatre situations différentes sans savoir exactement si elles seront choisies par les élèves. Plus que la création des supports pédagogiques, j’avais besoin d’un protocole d’organisation.

     

    Mais avant d’aller plus loin, si vous ne savez pas ce qu’est la BiblioBox, je vous invite à relire mon article la détaillant. Il est essentiel de connaître cet outil avant de poursuivre cette lecture.

     

    Lors de l’échauffement, je remets aux élèves leurs grilles d’observations à partir desquelles ils devront opérer un choix : ils pourront choisir un thèmes en vue d’apprendre et de s’exercer, ou renforcer l’un d’entre eux en vue de s’améliorer. Leur choix effectué, les groupes se constituent (assez rapidement finalement). Dans mon exemple j’ai alors trois situations différentes.

    Dès lors je remets à chaque groupe une tablette ainsi qu’une feuille sur laquelle quatre QR-codes référencés renvoient à une situation spécifique. Il revient au groupe de « flasher » le QR-code correspondant à son choix, une vidéo explicative démontrant la tâche à réaliser se lance alors.

     

    Une minute pour une situation

    Fiche situation distribuée à chaque groupe avec une tablette

     

    Grâce à ce procédé, c’est bien trois situations qui ont été mises en place simultanément, cas improbable en tant normal sans passer par de longues et fastueuses explications de consignes. Mais ce n’est pas de tout repos pour l’enseignant ! En effet, à chaque situation correspond des contenus spécifiques et elles n’ont pas forcément de liens entre elles.

    Si les élèves m’ont fait part de leur ressenti positif vis-à-vis de ce procédé, il ne faudrait pas en occulter ses aspects négatifs. Notons par exemple, que dans le cas présent, les élèves ne sont qu’en dyade symétrique, il leur est donc impossible de profiter de l’aisance de leurs pairs. Critère pouvant s’adapter si nous plaçons des « élèves-tuteurs » ou « élèves-coach ».

    Mais ce projet aspire aussi à des ouvertures pédagogiques. Nous pourrions aisément imaginer un cycle complet élaboré sur ce principe. Nous serions alors dans une situation où l’apprentissage de l’auto-évaluation devient essentiel, notamment pour permettre aux élèves de choisir avec discernement les stratégies de leur parcours d’apprentissage.

    Bref, avec ce projet, j’ai l’intime conviction que nous devons apprendre à nos élèves à construire leurs propres savoirs. Mais osons allez plus loin, je pense très sincèrement que les élèves n’ont pas besoin de nous pour apprendre à la seule et unique condition que nous leur donnions les outils pour réussir. Apprenons leur à se construire par eux même !

     

    Certains y verront très certainement une continuité à la classe inversée et ils n’auront pas tout à fait tord. Ce projet n’est finalement qu’une extension aux capsules de cours mais adapté au contexte spécifique de l’EPS. D’ ailleurs je ne l’aurais certainement jamais imaginé sans avoir testé l’approche de « L’EPS en image ».

     

     

    1 minute pour 1 situation : Basket-Ball from Julien Andriot on Vimeo.

     

    1 minute pour 1 situation : Basket-Ball from Julien Andriot on Vimeo.

     

    1 minute pour 1 situation : Basket-Ball from Julien Andriot on Vimeo.


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :