• Pour un bon départ numérique : Keynote et Numbers !

    Avoir un iPad, et par extension une tablette, c’est bien joli mais finalement, que puis-je en faire ?

    Il est bien inutile de vouloir révolutionner notre pratique.  A mon sens, cela aurait pour unique finalité de nous dissuader d’exploiter le potentiel de l’outil numérique.

    Restons humble vis-à-vis de ses possibilités, prenons le temps de l’apprivoiser et pour cela, les applications les plus basiques sont sans doutes les plus efficaces. 

    Prenons Keynote et Numbers sur iPad, deux applications pouvant ouvrir finalement sur un champ des possibles très intéressants.

     

    Keynote

    Pour ceux qui ne le connaissent pas, il s’agit d’un logiciel de présentation type « PowerPoint » ;  à première vue rien de bien réjouissant. Tellement peu attractif que j’ai bien mis un an avant d’y voir réellement un impact pédagogique. Bien évidemment, si l’on s’en tient à sa seule fonction de diaporama, l’intérêt est moindre.

    Pour autant, la notion même de « présentation » doit nous interpeler ! Le support vidéo (capsule, comme vous voulez) ou le questionnaire sont bien deux types de présentation. Que ce soit pour l’enseignant ou l’élève, préparer une trame de capsule à partir de Keynote reste assez aisé, la fonction d’export nous facilitant la tâche. Toujours dans le registre de la vidéo, keynote  nous permet la création d’animations, certes très simplistes, mais cela reste possible.

    Maintenant, voici une fonction que je trouve surement la plus intéressante : la présentation en mode « liens ». Il s’agit tout simplement de rendre la présentation active en renvoyant chaque bulle d’une diapositive à une autre si l’on clique dessus. Les possibilités en deviennent ainsi plus vaste : livre numérique, histoire « dont on est le héros », questionnaires…

     

    Numbers

    Et nous rentrons maintenant dans le type même de logiciel que l’on installe… pour ainsi dire jamais : le tableur ! Nous avons tous un collègue qui réalise de « magnifiques » tableaux… que lui seul est à même de comprendre. Notre seul réconfort étant : un jour je tenterai… ou pas !

    Soyons honnête, je découvre le tableur seulement depuis cette année, mais il s’agit en fait d’un outil d’une puissance incroyable. Il est évident que pour l’enseignant, Numbers peut servir en quelque sorte d’une calculatrice géante avec les simples fonctions mathématiques. Mais allons plus loin, grâce à cet outil nous pouvons aussi gérer une base de données telle que le suivi de validation de compétences de ses élèves.

    Maintenant il est temps de développer mon récent vécu lors d’un cycle de course d’orientation. Finalement, mon cheminement pour considérer Numbers comme un véritable outil pédagogique aux services des élèves vient de là. Cet exemple n’est pas spécifique à ma discipline.

    Afin d’assurer un suivi des élèves tout au long de mon cycle, j’ai réalisé un fichier sur le tableur. J’y ai mentionné le temps de réussite pour chaque balises et la validation ou non de l’ensemble des balises à disposition. Mais, notion importante, je laisse aux élèves le libre choix de recommencer une balise et d’améliorer leur temps (aspect qualitatif) ou au contraire le choix de faire plus de balises et ainsi gagner des points d’expériences (aspect quantitatif).

    Grâce au fichier Numbers complété au fur et à mesure de la séance, j’obtiens en instantané les résultats des élèves : du coup simple fonction de gestion de base de données pour l’enseignant couplée aux fonctions simples de calcul.

     A ma grande surprise, les élèves en viennent à me solliciter pour savoir quelle stratégie d’apprentissage leur correspond le plus… « Monsieur, si je souhaite m’améliorer, il vaut mieux que je refasse une balise ou plutôt que je fasse d’autres parcours ? »

    Pour être honnête je ne m’attendais absolument pas à cela, et spontanément leur ai répondu : « attends, on regarde ensemble et tu choisiras ». Du coup, semaine suivante, j’adapte un peu mon fichier afin que les élèves puissent manipuler et interpréter les résultats par une lecture plus simple.

    Attention, je me suis rendu compte que si leurs analyses pouvaient être juste elle étaient aussi trop simplistes ! Le tableur n’est pas un outil de substitution de l’enseignant, il me revient de les guider dans son utilisation et dès lors dans la construction de leur parcours ! En effet, le tableur calcule, il livre un constat ; à nous enseignant, de tenter d’apprendre à nos élèves d’apprécier leur « courbe de réussite » et surtout mesurer leur « stratégie d’apprentissage » pour la suite du scénario pédagogique.

    Et là, à ma grande surprise, ce logiciel incompréhensible de prime abord se révèle d’une grande utilité. Et non, ce n’est pas si complexe ! Alors évidemment, parfois la méconnaissance d’une formule nous fait rallonger des calculs mais je vous assure que l’on parvient avec moins de cinq formules à des fichiers tout à fait incroyables.

     

    Et je fais comment…

    C’est bien beau tout ca, mais concrètement, ce billet, il apporte quoi ? Une simple réflexion et pas la moindre esquisse d’aide…

    Pourquoi chercher à refaire un travail que d’autres ont su parfaitement réaliser ! Deux collègues ( @Deuj et @Tiiiix ) regroupé sous le pseudonyme @ticeps (twitter) ont réalisé deux livres numériques développant les bases de ces deux applications. Bien que le titre soit spécifique à l’EPS il n’en est rien ! évidemment, les exemples s’appuient sur la pratique de l’EPS, mais la logique des manipulations reste la même !

     Je vous invite donc à suivre leurs explications : Keynote et Numbers.

    Vous retrouverez également ces livres sur leur site : Ticeps.tumblr.com section « Nos iBooks ».

     

    Pour finir ?

    Comme quoi, inutile d’aller chercher bien loin pour vouloir intégrer le numérique à notre pratique pédagogique. Les outils les plus courants sont souvent très bons. Ainsi Keynote et Numbers, respectivement applications de présentation et tableur, peuvent constituer le départ d’une approche numérique pour l’enseignant. Toutefois, ce sera surtout l’usage que l’on en fera qui les rendra intéressantes pour les élèves.

    Maintenant, comme toujours dans le numérique, il faut se lancer et oser modifier sa pratique, à vous de jouer !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :